01 48 78 30 88 enfance.grape@wanadoo.fr
GROUPES DE TRAVAIL ET DE REFLEXION

 

 

Groupe de travail sur les analyses de pratique professionnelles et supervisions

 

Ce groupe propose aux intervenants en analyse de pratique et supervision un espace de réflexion et de travail pour développer un questionnement collectif sur ce type d’intervention.

 

Il ne s’agit pas d’un groupe de supervision ni d’intervision. Les séances de travail partent de l’expérience de chacun dans la mise en place et la conduite de ce type d’intervention.

 

Le questionnement peut porter sur :

 

– La prise en compte des dimensions institutionnelles et de leurs répercussions dans la mise en place de ces dispositifs.

 

– La question des enjeux de l’analyse de pratique ou de la supervision pour une équipe dans une institution.

 

– L’articulation des pratiques selon les missions de l’institution et les fonctions des participants.

 

– Les séances d’analyse de pratique ou supervision dans leur processus d’élaboration de questionnements et dans la circulation de la parole.

 

– Une réflexion sur les questions de l’évaluation (posées entre autres par les institutions demandeuses).

 

– La mise en place d’un cadre de travail praticable avec l’articulation ou non de temps de régulation et d’analyse des pratiques dans l’institution.

 

– La prise en compte de la place de la hiérarchie et de l’encadrement intermédiaire.

 

Notre démarche s’appuie sur des exposés et des lectures de textes de référence, elle peut faire place à l’invitation d’intervenants extérieurs.

 

« Fils rouges »  du groupe : Philippe PETRY et Liliane LASSET

 

 

Groupe sur l’accueil familial

 

 

 

 

 

 

L’esprit d’analyse et de recherche des psychologues, psychanalystes et cadres hiérarchiques formateurs et superviseurs au GRAPE est lié à une culture institutionnelle commune. Les nombreux congrès du GRAPE auxquels une part des formateurs actuels de l’équipe, ont contribué, ainsi que les Lettres et Revues du GRAPE ont participé à l’élaboration de notre pratique professionnelle.

 

Les lois 2005, 2007, 2016 et aussi la juridiction européenne ont modifié les coordonnées de l’accueil familial. Elles nous portent à une attention renouvelée. Les institutions d’accueil familial sont engagées dans le changement et en attendent de nouveaux lorsque paraîtront les décrets de la loi sur la protection de l’enfance de mars 2016. Les professionnels expriment aussi des attentes et besoins nouveaux. Parallèlement, nos pratiques en institution nous indiquent que les problématiques des enfants comme des adolescents accueillis perdurent. Pourtant, si angoisse et souffrance demeurent, elles s’expriment aussi sous d’autres formes, le sujet étant aujourd’hui autrement sollicité et inscrit dans notre monde contemporain.

 

Nos échanges ont matière à être fructueux. Ils devraient contribuer à une analyse des difficultés et à concevoir des essais de réponses dans ce contexte en changement. Ces rencontres participeront aussi à la conception et mise en place de nouvelles journées d’étude du GRAPE sur plusieurs thèmes en 2017.

 

« Fil rouge » du groupe : Liliane LASSET

 

 

Petite enfance

 

 

L’accueil de la petite enfance dans les différentes structures apporte aujourd’hui de nouvelles interrogations aux professionnels. Elles concernent le lien enfant/parents ainsi que l’apparition d’éventuelles nouvelles pathologies infantiles, à moins qu’il ne s’agisse de nouvelles nominations qui pourraient refléter un désarroi sociétal. Ce dernier porterait à confondre, selon le courant anglo saxon, le symptôme avec la souffrance, à faire du symptôme une maladie, et ne plus guère accorder de place à l’écoute de cette souffrance, à estomper tout ce qui gêne, tout ce qui fait conflit.

 

Par ailleurs, la place de l’enfant change dans les familles, dans le discours parental. Les attentes, les attitudes, se modifient. Ceci n’est pas sans conséquence sur les troubles des enfants accueillis. Cependant, il nous faut tenir compte de ces modifications sociétales. Comment comprendre cette nouvelle clinique, et agir dans ces contextes alors que la légitimité professionnelle se voit parfois mise à mal ? Ce groupe se propose de réfléchir ensemble sur ces questions à travers des échanges s’appuyant sur la clinique, et étayées par des lectures partagées en s’appuyant aussi sur les rapports nouvellement menés dont celui de Sylviane Giampino »

 

 

CLINIQUE CONTEMPORAINE ET ADOLESCENCE :

 

Clinique contemporaine et adolescence

 

Dans chaque institution, selon sa mission, son histoire, et les professionnels du soin psychique présents, le travail thérapeutique se décline sous des modalités choisies. Parallèlement, depuis ces dernières décennies, force est constater de changements qui concernent la clinique. Les repères diagnostiques de psychopathologie sont en question, soumis à d’autres influences et à l’arrivée de la terminologie anglo-saxonne. La recherche se poursuit, en des directions diverses.

Une part des praticiens s’interroge sur d’éventuels changements concernant les structures psychiques des patients et observe qu’enfants, adolescents, pères et mères se présentent différemment, dans leur comportement et leur demande. L’expression de la souffrance a tendance à se déplacer du côté des pathologies de l’agir, avec des sujets pris dans des sensations, des excitations. Apparaissent régulièrement en consultation des adolescents en grande difficulté et sans mot.

Chaque société à chaque époque présente ses formes de pathologies. Dépression, angoisse, addictions et passages à l’acte s’accroissent aujourd’hui dans un environnement social et économique saturé de messages, qui porte à consommer. Dans ce contexte, faut-il redéfinir des axes ou modes thérapeutiques ? Quelles veines théoriques pour se nourrir, poser des hypothèses, et soutenir un travail, qu’il s’agisse de séances individuelles, de groupes thérapeutiques, d’entretiens familiaux ?

Il y a aussi changement dans le rapport à l’autorité, laquelle peut être reconnue mais rejetée dans ses conséquences. Ce qui fait limite peine aujourd’hui à s’inscrire du côté du symbolique. Parallèlement à une libération des jouissances, on constate un collage à la mère.

Comment relancer un processus de subjectivation ? Quelle place aussi pour le soin dans les lieux destinés aujourd’hui aux adolescents et pré-adolescents, et quelles articulations envisager entre dimensions thérapeutique et éducative en institution ?

de mises en sens et échange sur les formes qu’emprunte notre clinique aujourd’hui avec les adolescents et les enfants pré-pubères. Peut-on concevoir et mener le travail thérapeutique à l’identique d’il y a quelques décennies ?

« Fil rouge »  du groupe : Liliane LASSET

 

 

 

 

 

Conversations cliniques

Nous proposons, lors de ces rencontres, un cas d’enfant ou de jeune. Cette présentation a été préalablement élaborée par des psychologues en supervision avec un psychanalyste. Nous analysons les effets, sur l’enfant ou le jeune, de sa rencontre avec les professionnels dans le circuit de la prise en charge. Nous mettons en exergue les éléments dont il a pu, ou voulu se saisir pour que quelque chose change pour lui.

Nous partons, au cas par cas, du mal-être d’un enfant, de son symptôme ou du comportement symptomatique. Nous visons la transformation subjective de sa position vis-à-vis de ce qui lui arrive, de ce qui fait « mauvaise rencontre » (traumatisme, carence, angoisse, maltraitance…) dans son processus de sujet qui doit se construire. Nous tentons de mettre en relief l’acte subjectif produit par l’enfant au cours de la partie qu’il joue dans sa relation à ses parents, à sa famille et aux partenaires qu’il rencontre dans son parcours (intervenants sociaux, éducatifs, thérapeutiques, juridiques. Nous cherchons ce qui fait question pour lui, et comment il l’exprime. Nous captons ce qui peut le mettre au travail avec lui-même, dans sa relation aux autres et à son désir.

Un cas d’enfant ou de jeune est toujours corrélé au travail avec ses parents et/ou la famille d’accueil. La même démarche est également développée à partir des problématiques des adultes qui l’accompagnent pour grandir. Là aussi, nous tentons de préciser de quels éléments ils ont pu se saisir dans le processus de la prise en charge pour que quelque chose puisse changer pour eux, et pour permettre une rencontre constructive avec leur enfant ou celui qu’ils accueillent.

 

Modalités pratiques

Autour de vingt personnes dans les locaux du GRAPE ; la séance se déroule de 14 H à 16 H 30.

  • 1er temps : exposé d’un cas de 20 minutes environ
  • 2d temps :
    • questions, discussion sur le cas,
    • conversation avec les participants,
    • échos avec des cas issus de leur pratique,
    • échanges ouverts.

 

Les séances sont animées par Elisabeth FRANTZ, psychanalyste et formatrice au Rafef GRAPE avec la participation des psychologues, Marianne ELBAZ et Caroline SCHLUMBERGER. La présentation clinique est ouverte à tout professionnel psychologue qui adhère à cette démarche et désire présenter un cas clinique dans cet esprit. Les conversations constituent l’occasion de rencontres et d’échanges entre partenaires, des professionnels de PMI, ASE, psychologues scolaires.

 

Pour l’inscription, prendre contact avec le secrétariat du GRAPE : 01 48 78 30 88

Prix d’entrée (hors adhérent du GRAPE) = 20 euros

La séance peut faire l’objet d’une demande de temps FIR ou d’une après-midi de formation professionnelle. Le Rafef Grape est accrédité organisme de formation professionnelle.

Séminaire d’études comparées France et Brésil :

« Francamente Brasileiro »

Le but de ce séminaire est double :

  • Faciliter l’intervention des universitaires et étudiants brésiliens de passage en France pour leur fournir l’occasion de diffuser leurs travaux
  • Etudier de manière comparative la situation de la jeunesse et de la famille au Brésil et en France.

Pour participer à ce séminaire, contacter : Marlène Iucksch : marlene.iucksch@gmail.com

 

 

 

Les réunions des groupes de travail sont généralement bi-trimestrielles.

Chaque groupe a cependant latitude pour  redéfinir sa fréquence de rencontres.

Nous rappelons qu’il n’y a pas obligation d’être formateur au GRAPE pour intégrer une équipe de travail.

D’autres professionnels intéressés par ces groupes sont les bienvenus.

Pour toute information complémentaire, contactez le secrétariat du GRAPE.